Yvon Dallaire, M.Ps.

Chronique #5 : Le couple, un organisme vivant

Chronique #5 : Le couple, un organisme vivant

Le couple : un organisme vivant

« Il la réveilla d’un baiser, elle le trouva charmant ; ils se marièrent, eurent deux enfants et vécurent heureux. » Si cette phrase correspondait à la réalité, cette chronique n’aurait pas lieu d’être. Malheureusement, la réalité du couple est autrement plus compliquée que cela.

Après la lune de miel, phase passionnelle du couple, mais qui ne dure qu’au maximum deux à trois ans, vient un moment où la femme, être de relation par excellence, entre en conflit avec son homme, être priorisant davantage l’action. Le couple, contrairement à nos contes de fée, n’est pas une garantie de bonheur, mais plutôt un creuset pour de nombreux conflits pour la plupart insolubles et des moments critiques auxquels de nombreux couples ne survivent pas.

Seuls ceux et celles qui sauront faire de ces conflits et de ces crises des moments de croissance personnelle et conjugale survivront et pourront aspirer au bonheur. Les autres, soit se résigneront à une lutte sans fin, soit iront de couple en couple répétant le même scénario : séduction – passion – confrontation – séparation.

Personne n’est réellement préparé à la vie à deux : s’installer en couple, c’est comme vous mettre au volant d’un 747 sans avoir suivi de cours de pilotage. C’est en couple que l’on se rend compte de la réalité du couple. Et n’allez surtout pas croire que c’est plus facile pour le couple d’à côté. Tous les couples passent par les mêmes étapes et sont confrontés aux mêmes difficultés. Dans la conception traditionnelle du couple, les deux personnes ne forment plus qu’UN. J’appelle « fusionnel » ce type de couple où Un plus Un fait Un. Tout dépendant de la force de caractère de chacun, c’est tantôt l’homme qui impose ses valeurs, tantôt la femme.

Le couple d’aujourd’hui constitue davantage une association entre deux personnes qu’une unité en soi. Chacun veut bien vivre en couple, mais personne ne veut abdiquer sa liberté. Chacun veut bien s’engager, mais personne n’accepte d’être envahi. La structure conjugale devient donc trinitaire : un + un = trois. Toi + moi + Nous, et ce nous possède des dynamiques que la majorité des couples ne parviennent pas à conscientiser et à gérer.

Le couple, deux forces à équilibrer
D’un côté du lit, un homme ; de l’autre, une femme. Chacun avec leurs besoins respectifs et leurs priorités. Le lit restera-t-il un terrain de jeux et de repos ? Ou deviendra-t-il une arène de lutte ? Comment gérer une association si chacun veut imposer ses besoins selon ses priorités ? À la base de tout couple existent deux forces opposées et complémentaires : le désir de fusion (relation et communication) et le désir d’autonomie (liberté d’action), besoins inégalement répartis entre les deux partenaires.

Les couples heureux, formés de deux personnes plus autonomes que fusionnelles, réussissent à établir un équilibre mouvant entre ces deux forces. Les couples malheureux n’y parviennent pas et se retrouvent avec un déséquilibre permanent où l’un devient dépendant et l’autre, contre-dépendant. Il semble paradoxal de dire que le contre-dépendant est fusionnel, puisqu’il semble s’opposer au désir de rapprochement intime du dépendant, mais il faut comprendre que la fusion est une tentative d’amener l’autre à agir tel qu’on le veut. Le dépendant est en attente d’une plus grande présence de son partenaire ; le contre-dépendant, quant à lui, étouffe de plus en plus dans cette relation car son besoin de fusion a diminué avec le temps.

Le contre-dépendant a souvent l’impression d’être dominé alors que c’est lui ou elle qui possède le pouvoir exécutif car c’est lui ou elle qui est aux prises avec l’ambivalence « quitter ou rester. Quant au dépendant qui croit n’avoir aucun pouvoir sur le nous, c’est généralement lui qui impose des attentes et des exigences qui font plutôt fuir l’autre.  Le dépendant oublie que l’amour ne se commande pas.

Le défi de l’organisme conjugal réside dans l’établissement d’une « juste distance » permettant aux deux personnes de satisfaire et leur besoin d’intimité et leur besoin d’autonomie. Ces besoins  s’expriment différemment selon le sexe : la jeune femme désirant davantage de fusion émotive là où le jeune homme désire plus de fusion sexuelle. Ils évoluent aussi avec le temps, la femme devenant plus autonome et l’homme plus émotif avec l’âge. C’est du moins à cette conclusion que mon expérience clinique m’amère après avoir reçu des milliers de couples dans mon bureau de consultation conjugale.

Pour en savoir davantage : Delis et Phillips, Le paradoxe de la passion, Paris, Ed. Laffont, 2004. Un livre que tous les couples devraient lire.

La semaine prochaine : Les étapes du couple.

•     •     •     •     •

Cet article est le cinquième d’une série que j’ai décidé de diffuser sur les réseaux sociaux et aux abonné-es à mon infolettre. Si vous n’êtes pas déjà inscrit à mon infolettre, je vous invite à le faire pour vous assurer de recevoir directement dans votre boite courriel les prochains articles : http://optionsante.com/bulletin.php. N’hésitez pas non plus à y inscrire vos parents et ami-es.

Cet article et les suivants sont une mise à jour d’articles parus dans mon livre Chroniques conjugales. Pour tous les couples qui s’aiment et veulent continuer de s’aimer publié en 2014  chez Québec-Livres. Vous pouvez vous procurer ce livre en format papier ou numérique.

Pour accéder aux articles précédents, consultez http://www.yvondallaire.com/ à la section Articles. Vous avez la permission de reproduire et de diffuser ces articles comme bon vous semble, à la condition d’en conserver la référence. Vous pouvez aussi me joindre en tout temps à yvondallaire@optionsante.com. Je lis tous mes courriels, mais je ne peux vous promettre d’y répondre ou d’y répondre rapidement.

Si vous désirez vous former à la thérapie conjugale ou sexuelle positive axée solutions, consultez le site http://fpsp.eu. Je vous souhaite une excellente journée.

Commenter